« Autres villes

         
Le site des sorties entre amis et rencontres amicales dans ta ville.
Vacances inter OVS »
Forums > Débats
Autres forums sur des centres d'intérêt précis :
Grâce à ton aide, le site restera sympathique comme tu l'aimes !

Quel problème veux-tu soumettre à la communauté ?






◄◄151617181920     ►►

SOCIÉTÉ : plus d'infos
Auteur : ARTYA 
153/157

Date :    05-03-2019 09:12:22


CONGE DE PATERNITE : Actuellement fixé à onze jours, son allongement est même souhaité par 63% des 18-24 ans.

63 % des 18-24 ans souhaitent l'allongement du congé paternité, actuellement de onze jours, selon le baromètre de la Drees [la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques], le service statistique des ministères sociaux, rendu public ce jeudi. Tous âges confondus, 38 % des Français trouvent ce congé trop court.

Sept Français sur dix pensent que le congé paternité doit rester facultatif, selon ce baromètre réalisé auprès de 3 000 personnes représentatives en face-à-face en 2016. Dans le détail, les plus jeunes sont, là aussi, plus enclins à le rendre obligatoire.
Sept pères sur dix en ont profité

La majorité des parents d'enfants de moins de trois ans souhaite un allongement du congé paternité (56 % en moyenne). Près d'un sur deux (47 %) trouve aussi le congé maternité trop court. Depuis 2002, les pères qui travaillent, ou qui ont perçu une allocation-chômage au cours des 12 derniers mois, peuvent bénéficier, à la naissance de leur enfant, d'un congé paternité indemnisé de onze jours (dix-huit pour une naissance multiple), en plus des trois jours accordés par le Code du travail.

Dans les faits, sept pères sur dix en ont profité en 2013, rappelle la Drees. Le recours au congé paternité est plus fréquent dans les familles qui partagent les tâches. Quand les deux parents travaillent, les hommes qui y ont le plus recours sont les pères du secteur public (neuf sur dix).
Un congé obligatoire ?

À l'inverse, quand la mère n'a jamais travaillé, les pères prennent moins souvent leur congé de paternité et s'impliquent moins dans les tâches familiales. Les indépendants sont ceux qui l'utilisent le moins : seulement trois pères sur dix ont pris leur congé et six mères sur dix.

Un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) préconisait en septembre de porter le congé de paternité à deux ou trois semaines et de le rendre au moins en partie obligatoire, afin d'augmenter la proportion de pères qui demandent à en bénéficier. Plusieurs pétitions et tribunes ont aussi réclamé ces derniers mois une révision du congé de paternité, jugé "trop court pour être efficace".





Auteur : Altec 
154/157

Date :    10-03-2019 19:31:38


Peut-on gagner plus en étant chômeur qu’en travaillant ?

Les raccourcis de Muriel Pénicaud.

Muriel Pénicaud, pour justifier l’intervention du gouvernement dans la réglementation de l’assurance-chômage, a prétendu que « 20% des chômeurs touchent plus au chômage que dans leur travail antérieur ».

Cette affirmation, étayée par aucune source statistique, a été reprise, telle quelle, par certains "spécialistes" et la quasi-totalité des journalistes. Une telle situation est-elle possible ?

Considérons un salarié qui travaille au SMIC.
Il gagne 1200 euros net (1520 brut). S’y ajoute 176 euros de prime d’activité.
S’il devient chômeur, son allocation-chômage est de 940 euros net (972 brut), nettement moins que son revenu antérieur (1376 euros).
L’écart est encore plus grand pour des salaires plus élevés.

Notons en passant qu’augmenter la prime d’activité plutôt que le SMIC permet de ne pas augmenter les allocations chômage.

Pour chercher des situations dénoncées par Muriel Pénicaud, Il faut examiner le cas d’un salarié qui serait en situation de travail précaire, qui cumulerait emploi et chômage, cumul encouragé par le gouvernement pour inciter les chômeurs à reprendre un emploi, même peu rémunérateur.

Considérons donc un salarié, en situation de précarité.
Une entreprise le fait travailler de temps en temps, le licencie quand elle n’a plus besoin de lui, le réembauche si nécessaire.
Au total, il travaille 15 jours par mois et est chômeur 15 jours.
Il gagne donc 600 euros par mois ;
Il a droit à une allocation chômage de 427 euros (440 brut = 972 – 0,7 *760),
Il n’a pas droit à la prime d’activité.
Son revenu est donc de 1027 euros, moins que s’il travaillait à plein temps.

S’il perd cet emploi, il a droit à une allocation chômage de 940 euros.
Certes, 940 euros est supérieur à 600 euros (son salaire à mi-temps), mais est inférieur à 1027 euros (son revenu en travaillant à mi-temps).

Le système assure donc un revenu de 940 euro au chômeur total, de 1027 euros à la personne en chômage partiel, de 1376 euros au salarié au SMIC.

Soit Muriel Pénicaud a volontairement menti, soit elle n’a pas réfléchi, soit un des objectifs de la prise en main de l’assurance chômage par le gouvernement est de faire passer l’indemnisation du chômage d’un travailleur précaire en dessous de 600 euros.

blogs.mediapart.fr/henri-sterdyniak/blog/100319/peut-gagner-plus-en-etant-chomeur-qu-en-travaillant?utm_source=20190310&utm_medium=email&utm_campaign=QUOTIDIENNE&utm_content=&utm_term=&xtor=EREC-83-[QUOTIDIENNE]-20190310&M_BT=48955864974

Auteur : Boudiou 
155/157

Date :    13-03-2019 19:28:33


Soit Muriel Pénicaud a volontairement menti, soit elle n’a pas réfléchi

soit c"est toi qui n"a rien compris
et c"est la Cour des comptes qui le dit ...


www.lefigaro.fr/social/2019/03/13/20011-20190313ARTFIG00084-assurance-chomage-la-cour-des-comptes-s-attaque-a-certaines-regles-d-indemnisation.php
Auteur : AAAAclagazelle 
156/157

Date :    13-03-2019 19:53:43


Et toc
Auteur : Boudiou 
157/157

Date :    14-03-2019 08:33:08


entre ses hoas et ça propagande a quoi bon devenir ce qu"il a toujours été

◄◄151617181920     ►►



Retour à l'index du Forum
Pros : créez & placez votre publicité ici »

« Voir les autres

Viens discuter sur le forum


0.7767s