◄ Others cities

The website for going out with friends and making new friends in your city.
         
Our Good Deals ►
OVS Holidays ►
Forums > Debates
Others forums on specific subjects of interest:
  • Thanks to your help, the site will remain healthy
  • Detects problems and win points for becoming VIP Member
  • Your anonymity is guaranteed!

Which offense do you want to submit to the community?






◄◄    12     ►►

Laïcité à la française, est-ce la fin ?
Author : AAAAclagazelle 
9/13

Date :    23-09-2022 18:34:58


APPELS À PORTER LE QAMIS, À PRIER... DEUX NOTES DES SERVICES DE L'ETAT ALERTENT SUR LES ATTAQUES CONTRE LA LAÏCITÉ À L'ÉCOLE

Deux notes émanant des services de l'Etat, et que BFMTV a pu consulter, révèlent une offensive islamiste sur les réseaux sociaux appelant les élèves à enfreindre les règles de la laïcité.
A l'approche de la rentrée, les messages se sont multipliés. Sur Twitter mais aussi sur Tik Tok, les appels à encourager les élèves à porter le voile ou des vêtements religieux, à pratiquer la prière à l'école, ont proliféré dans une "stratégie d'entrisme salafo-frériste". C'est ce que révèlent deux notes émanant des services de l'Etat que BFMTV a pu consulter.

La première note rédigée par les renseignements territoriaux et datant du 27 août dernier liste les stratégies développées par la mouvance islamiste que les élèves sont incitées à suivre pour contourner la loi sur le port du voile et déstabiliser les principes de la laïcité. Ainsi, il est appelé à porter certains vêtements religieux, à faire la prière dans les établissements scolaires ou à conflictualiser les relations entre personnels scolaires et élèves.

Banalisation des vêtements religieux
Ces messages émanent principalement de comptes anonymes sur les réseaux sociaux. Concernant le port des vêtements religieux, les auteurs appellent leurs followers à enfiler des qamis, vêtement porté par les hommes, et des abayas, ces robes amples et longues cachant les chevilles, afin de "contourner l'interdiction faite aux élèves de porter le voile à l'école".

Une influenceuse islamiste suivie par près de 50.000 personnes encourage même les jeunes femmes à porter une ceinture sur leur abaya pour banaliser ce vêtement religieux.

Les services redoutent que ces messages islamistes se répandent jusque dans les activités sportives dans le cadre scolaire et notamment lors des cours de natation. Le burkini pourrait ainsi devenir, selon les renseignements territoriaux, un moyen pour la mouvance islamiste d'intégrer la sphère scolaire, au nom de la notion de pudeur.

Dans le même registre, les appels à pratiquer la prière dans les établissements scolaires se multiplient en direction des élèves de confession musulmane. "L'école n'est pas une contrainte valable", disent ces militants sur les réseaux sociaux. Les auteurs conseillent les élèves à repérer des toilettes, une salle de classe vide, un local d'entretien, durant les pauses, voire même à quitter leur établissement pour respecter l'heure de la prière.

"Ces expressions sont caractéristiques de la stratégie d'entrisme salafo-frériste visant à entrer des pratiques et rites religieux au sein de l'école", écrivent les auteurs de la note.
Incitation à la prière à l'école
A travers les réseaux sociaux, c'est la loi de 2004 sur l'interdiction du port du voile qui est visée. Qualifiée" d'"islamophobe" et de "liberticide", cette loi qui rappelle le principe de laïcité est attaquée. Ce qui favorise la conflictualisation entre les enseignants ou personnels éducatifs et les élèves, notamment quand ceux-ci se voient refuser l'accès à l'établissement scolaire en raison du port d'une tenue religieuse. Ceux qui font respecter la loi de 2004 sont identifiés sur les réseaux sociaux.

Les jeunes filles qui portent le voile à l'extérieur mais qui le retirent une fois dans l'établissement sont également ciblées par ces militants islamistes. Des photos de ces jeunes filles sont prises depuis l'extérieur de l'établissement alors qu'elles se trouvent dans l'enceinte de leur école. Des photos servant ensuite à faire pression sur elles.

La seconde note, datant du 16 septembre, relève que les signalements sur les atteintes à la laïcité, lors de l'année scolaire qui vient de s'écouler, ont évolué. Les services reviennent notamment sur le port des abayas et qamis, dont "les familles dénient fréquemment toute dimension religieuse".

"Ces discours peuvent masquer une volonté de contournement de la loi sur le port de signes religieux à l'école", est-il écrit dans cette note rédigée à l'attention des recteurs d'académie.

www.bfmtv.com/societe/appels-a-porter-le-qamis-a-prier-deux-notes-des-services-de-l-etat-alertent-sur-les-attaques-contre-la-laicite-a-l-ecole_AV-202209230233.html
Author : AAAAclagazelle 
10/13

Date :    28-09-2022 18:48:11


Afin de promouvoir le Prix européen de l’enseignement innovant, la Commission européenne a récemment illustré l'une de ses affiches avec une enfant portant le hijab.

www.cnews.fr/monde/2022-09-28/une-affiche-de-lue-avec-une-enfant-voilee-fait-polemique-1271393
Author : AAAAclagazelle 
11/13

Date :    10-10-2022 11:50:16


Promotion du hijab par la Commission européenne : "C'est prendre fait et cause pour les oppresseurs"
r
L'eurodéputé du PPE François-Xavier Bellamy a tenté d'ajouter un paragraphe à une résolution du Parlement européen sur l'Iran. L'objectif : que la Commission européenne ne finance plus de campagne vantant les mérites du hijab. Un projet bloqué par une large partie des eurodéputés de gauche.

La séquence a beaucoup fait réagir. À l'occasion d'une résolution du Parlement européen soutenant la mobilisation des femmes iraniennes, le député européen François-Xavier Bellamy a proposé jeudi 6 octobre dernier le vote d'un amendement demandant que les institutions européennes ne financent plus de campagne qui pourrait promouvoir le voile islamique.

Mais il s'est heurté à une vive opposition des députés européens, majoritairement de gauche, qui ont bloqué la proposition. Celle-ci n'aura même pas été débattue ni mise au vote. Une preuve de plus, pour l'eurodéputé de droite, que la gauche européenne a renoncé à la critique de l'oppression religieuse.
Author : AAAAclagazelle 
12/13

Date :    22-11-2022 19:43:04


Les passagers d’un bus Aix-Marseille forcés d’écouter des versets du Coran

Un chauffeur de bus est accusé d’avoir passé des chants religieux pendant toute la durée d’un trajet reliant Aix à Marseille, rapporte France Bleu Provence.

Un incident dans un bus a suscité une vive polémique dans les Bouches-du-Rhône. Un chauffeur de la ligne 50, qui relie Aix et Marseille, a passé pendant toute la durée du trajet, soit une quarantaine de minutes, une sourate du Coran dans les haut-parleurs du bus, rapporte France Bleu Provence. Des passagers ont tenté de s'y opposer avant le départ pour Marseille, mais le jeune chauffeur – dont l'âge n'a pas été précisé – leur a répondu : « C'est mon bus ! Je fais ce que je veux. Si tu n'es pas content, tu descends. »

Face au ton cinglant du chauffeur de bus, la cinquantaine de passagers n'a pas osé se rebeller plus que cela. Un retraité algérien a tenté une dernière fois de raisonner le conducteur et de faire réagir les autres passagers en demandant à voix haute : « Ce sont des versets, c'est religieux. Ça ne gêne personne pour la laïcité ? » Personne n'a réagi et le bus a démarré.


«Ça me rappelle l'Algérie… Les islamistes passaient ça dans les bus »
À sa descente du bus, le passager algérien, qui a témoigné auprès de France Bleu Provence, était hors de lui. « Cela me rappelle l'Algérie, avec le FIS (Front islamique du salut). Les islamistes, ils passaient ça dans les bus. C'est interdit aujourd'hui en Algérie ! Et j'entends ça ici… […] ! Ce jeune, quand il fait ça, il fait monter le Rassemblement national ! »

Une procédure disciplinaire a été engagée contre le chauffeur en question, qui nie avoir passé des versets du Coran dans les haut-parleurs du bus, et explique seulement les avoir écoutés sur son téléphone. Il risque une procédure disciplinaire.

www.lepoint.fr/societe/les-passagers-d-un-bus-aix-marseille-forces-d-ecouter-des-versets-du-coran-22-11-2022-2498829_23.php
Author : AAAAclagazelle 
13/13

Date :    08-12-2022 13:07:16


Depuis la mort de Samuel Paty, plus d'un prof sur deux se censure face aux atteintes à la laïcité

Un sondage Ifop pour le magazine « Écran de Veille » révèle que les atteintes au principe de laïcité se multiplient à l'école. Le corps enseignant, marqué par l'assassinat de Samuel Paty, est de plus en plus réticent à intervenir.

Un principe de laïcité qui vacille. Une nouvelle étude de l'Ifop pour la revue mensuelle Écran de Veille, menée auprès de 1 009 enseignants représentatifs des 1er et 2e degrés en France, documente une recrudescence des contestations d'enseignements pour des motifs religieux. Face à ces revendications, les pratiques d'évitement se multiplient dans le corps enseignant : plus de la moitié des professeurs expliquent s'être déjà autocensurés pour éviter des incidents avec leurs élèves. Avant l'assassinat de Samuel Paty, ils n'étaient que 36 %.

Parmi les enseignements les plus contestés :
les cours consacrés à la mixité filles-garçons, à la lutte contre les stéréotypes de genre, ou au principe de laïcité.
Au total, selon cette étude de l'Ifop, 60 % des enseignants répondants disent avoir été confrontés à des contestations de leurs enseignements pour des motifs religieux au cours de leur carrière dont 31 % depuis septembre 2021.
L’abaya, ce vêtement ample destiné aux filles musulmanes, semble aussi s’être largement propagée dans l’espace scolaire, puisque 27 % du corps enseignant dit y avoir déjà été confronté, dont 16 % ces quinze derniers mois.
Dans les lycées publics, ce chiffre atteint 49 %, un enseignant sur trois de ce secteur déclarant avoir vu des élèves n'enlever ces tenues qu’avant d’entrer en salle de cours.
Dans les zones d’éducation prioritaire, un professeur sur trois rapporte avoir déjà vu des élèves faisant leur prière dans l’enceinte de leur établissement.

Face à ces revendications, 56 % des enseignants reconnaissent qu’ils s’autocensurent « afin d’éviter de possibles incidents provoqués par certains élèves », précise l'étude. Les situations les plus citées par les professeurs concernent la présentation des caricatures de personnages religieux (62 %), la gestion des cas d’élèves qui veulent porter des tenues traditionnelles ou religieuses en classe (59 %) et l’évocation de sujets sensibles comme la Shoah, le conflit israélo-palestinien ou la colonisation (43 %). L'assassinat du professeur Samuel Paty semble aussi être un sujet difficile : parmi les sondés, 21 % ont observé des comportements de contestation émanant d’élèves. Dans 17 % des cas, il s'agit de « justifications religieuses, politiques ou culturelles du crime », de refus de participer aux temps d’hommage (17 % des sondés) et même d’injures ou de provocations émises lors des hommages (15 %).

CLIVAGE GÉNÉRATIONNEL
Rien de surprenant à ce que 47 % des enseignants interrogés appréhendent d’évoquer les motifs de cet assassinat, que 28 % d'entre eux redoutent de travailler dans un établissement portant le nom de Samuel Paty ou que 79 % disent craindre de devoir gérer une situation conflictuelle en matière de laïcité.

Désaveu important pour le nouveau ministre de l'Éducation nationale, Pap Ndiaye : 77 % des professeurs interrogés estiment que le ministère n’a pas tiré les enseignements nécessaires de cet assassinat, ni amélioré la manière qu’a l’institution scolaire de gérer la question du respect de la laïcité à l'école.

www.marianne.net/societe/education/depuis-la-mort-de-samuel-paty-plus-dun-prof-sur-deux-se-censure-face-aux-atteintes-a-la-laicite

◄◄    12     ►►



Return to the forum index

« Find others
Check out the forum