« Autres villes

         
Le site des sorties entre amis et rencontres amicales dans ta ville.
Nos Bons Plans »
Vacances inter OVS »
Forums > Débats
Autres forums sur des centres d'intérêt précis :
Grâce à ton aide, le site restera sympathique comme tu l'aimes !

Quel problème veux-tu soumettre à la communauté ?






◄◄293031323334     ►►

SNCF, ce n'est plus possible !
Auteur : Chamois84  
265/266

Date :    01-07-2018 14:03:13


P.268, Gazou,

Pour moi la CFDT reste et restera un syndicat de traitres envers les ouvriers, il va toujours à contre courant des intérêts des salariés. C'est un syndicat de dirigeants vendus à la cause patronale et gouvernementale. La rencontre secrète entre macron et Berger ne me surprend guère .

D'autre part oui la CGT n'est plus aussi active qu'elle ne l'était. Ce syndicat vit sur ses précédents acquis car plus assez réactif. La seule fois où j'ai soumis mon dossier à Avignon après ma dernière mobilité catastrophique = Management dangereux, celui qui avait consulté mon dossier en 2010 s'était contenté du motif avancé par l'un des deux managers qui j'avais pu l'apprendre en avril 2012 avaient eu d'autres choix qu'être soit démissionnaire = Fille du Pdg Loyet et gérante de la succursale basée à Albens 73 soit licencié soit rétrogradé concernant le responsable de planning. Il n'a eu d'autre choix que soit accepter la rétrogradation soit le licenciement. Et le cgétiste ne l'avait pas fait jusqu'au bout, car il aurait pu s'apercevoir de l'importance du dossier = INCOMPETENCE DE SA PART
Auteur : AAAAclagazelle  
266/266

Date :    15-07-2018 10:08:55


Notre gréviculture, sport national, n'arrange rien. C'est, avec le béret, l'une de nos spécialités les plus ringardes. Même si le mouvement touche à sa fin, les perturbations continuent comme d'habitude à la SNCF, où la CGT, toujours attachée à sa stratégie du canard sans tête, mène, une fois de plus, un combat perdu d'avance. Moins ça marche, plus elle s'accroche, avec cette bonne conscience de « beauf » qui lui permet de pourrir sans remords la vie des usagers, des touristes, des gens de peu.



Se battant au nom de la défense des services publics, les syndicats desperados façon SUD et CGT sont en train de les tuer à petit feu. Ce sont les idiots utiles des ultralibéraux. Il ne faut pas leur dire, ils ne le savent pas, mais ils travaillent involontairement pour la privatisation des chemins de fer. Il n'y a pas si longtemps, l'opinion était derrière eux à chaque conflit. Plus maintenant : elle ne comprend pas pourquoi elle devrait continuer à subventionner éternellement avec ses impôts (14 milliards d'euros par an) un système qui maltraite à ce point ses clients.



Il est à la ramasse, ce syndicalisme destructeur d'entreprises, si particulier à la France, qui semble remonter au paléolithique. Incarné par la CFDT, un nouveau syndicalisme, plus professionnel, plus efficace, est en marche et rien ne l'arrêtera. Ce qui n'empêchera pas nos chers confrères des grands médias de ne donner la parole qu'à Philippe Martinez, comme s'il était encore représentatif des travailleurs, alors que la CGT, si l'on en juge par les résultats des dernières élections professionnelles, est désormais ravalée au rang de deuxième syndicat (dans le privé).



S'abandonnant à sa tentation suicidaire, une majorité du personnel d'Air France semble aussi travailler d'arrache-pied à la perte de son entreprise, au propre et au figuré. Son trou se creuse (- 300 millions d'euros), tandis que les bénéfices de son concurrent IAG (British Airways, Iberia et cetera) s'envolent. C'est pourtant un fleuron de l'économie française qui ne lésine pas sur les avantages sociaux pour les siens (primes, intéressement, entre 9 et 18 jours de congé en plus). Dans un monde normal, alors que le contexte concurrentiel est difficile avec la montée des low cost, ses salariés devraient avoir envie de le défendre, de le protéger. Eh bien, non.



Les propositions de la direction d'une hausse de 7 % des grilles de salaire sur quatre ans (hors avancement, promotion ou augmentation individuelle) n'étaient pas insultantes, loin de là. Mais le personnel les a refusées parce que ses syndicats lui ont fait adopter une stratégie de secte apocalyptique. Ça n'arrive qu'en France.



Il n'y a qu'en France aussi que des parlementaires (Insoumis ou Républicains) peuvent décider de ne pas aller écouter le président de tous les Français venu faire à Versailles son « discours du trône ». La République a besoin de rites. Le chef de l'Etat aurait des penchants monarchiques et le régime glisserait sur la mauvaise pente du « pouvoir personnel » ? Bouffre !



Dans nos démocraties hystériques et pressées, président a tendance à devenir un métier qu'on ne souhaiterait pas à son pire ennemi. Depuis que les Français ont décidé, en 2000, par référendum, de raboter son mandat en le réduisant de sept à cinq ans, il a perdu beaucoup de son aura, de son prestige voulus par le général de Gaulle. Il s'est normalisé. Ne peut-on pas autoriser le chef de l'Etat à faire un point annuel dans un cadre solennel ? Etait-il bien nécessaire de sauter sur cette occasion pour réveiller cette ridicule guerre civile froide qui, depuis la Révolution française, revient par spasmes ou renvois troubler le débat public ?

www.lepoint.fr/editos-du-point/franz-olivier-giesbert/fog-ca-n-arrive-qu-en-france-14-07-2018-2236095_70.php

◄◄293031323334     ►►



Retour à l'index du Forum
Pros : créez & placez votre publicité ici »

« Voir les autres

Viens discuter sur le forum


0.0475s