◄ Others cities

The website for going out with friends and making new friends in your city.
         
Our Good Deals ►
OVS Holidays ►
Forums > Debates
Others forums on specific subjects of interest:
  • Thanks to your help, the site will remain healthy
  • Detects problems and win points for becoming VIP Member
  • Your anonymity is guaranteed!

Which offense do you want to submit to the community?






◄◄     12    ►►

Mélanchon ...pas Président !
Author : AAAAclagazelle  
1/12

Date :    21-01-2020 16:29:34


Author : AAAAclagazelle  
2/12

Date :    27-04-2022 10:47:55


Législatives : les Insoumis sortent les rames pour défendre l’investiture de Taha Bouhafs

Condamné pour avoir insulté « d’Arabe de service » une policière, le journaliste et militant devrait être candidat pour la France Insoumise aux législatives, a contrario de la ligne prônée par Jean-Luc Mélenchon. Le leader Insoumis avait déclaré souhaiter rendre inéligibles les citoyens sous le coup d'une condamnation de justice.

C’est peut-être le nouveau boulet du « bloc populaire ». Taha Bouhafs est pressenti pour être investi candidat aux élections législatives de juin prochain sous les couleurs de la France Insoumise à Vénissieux (Rhône).

Un probable parachutage pour cet Isérois, qui fait déjà couler beaucoup d’encre. La raison ? Sa récente condamnation pour avoir insulté en ligne une syndicaliste policière. Mais fiers de leurs résultats de premier tour, les Insoumis espèrent désormais transformer l’essai en juin prochain… quitte à mettre sous le tapis cette casserole, inscrite au casier judiciaire de l'intéressé.

marianne.fr
Author : Altec  
3/12

Date :    27-04-2022 22:42:20


Mélenchon...

Une obsession ?

Author : AAAAclagazelle  
4/12

Date :    02-05-2022 19:46:01


"Il est le seul qui a défendu les musulmans" : Mélenchon et le "vote communautaire"
Enquête

Basculement majeur : l’excellent score de l’Insoumis à la présidentielle s’explique notamment par une poussée spectaculaire dans les zones marquées par une forte population de culture musulmane. La gauche se tourne-t-elle vers des « politiques identitaires » à l’américaine ? Voilà un point aveugle des négociations entre formations de gauche en vue des législatives…

L’interrogation a tout de la question empoisonnée. Jean-Luc Mélenchon a-t-il bénéficié d’un vote communautaire au premier tour de l’élection présidentielle ? Jusqu’ici, les États-Unis se sont bien davantage que la France prêtés au compartimentage ethnico-religieux des électorats. Mais l’ampleur des chiffres rend le débat difficile à éviter : d’après un sondage de l’Ifop, 69 % des électeurs musulmans ont voté pour Mélenchon le 10 avril (lequel a réalisé près de 22 % dans l’ensemble de la population), alors qu’ils n’étaient que 37 % en 2017.

À cette donnée brute s’en ajoutent d’autres : les scores impressionnants du candidat insoumis dans des villes de banlieue, marquées par une forte population d’origine immigrée et de culture musulmane. Dans la Seine-Saint-Denis, à la périphérie de Lyon, dans les quartiers nord de Marseille, « JLM » explose les compteurs, gagnant fréquemment 15 à 20 points de plus qu’il y a cinq ans.

Il n’y a pas que les résultats : la dernière ligne droite de la campagne a été marquée par une mobilisation dont le caractère identitaire était incontestable. Les réseaux sociaux ont vu circuler largement un communiqué « d’imams et de prédicateurs » appelant « les citoyens de confession musulmane à voter dès le premier tour pour le moins pire des candidats à cette élection présidentielle : Jean-Luc Mélenchon ». Non signée, la mystérieuse déclaration a été relayée par de nombreuses figures reconnues de l’islam en France.

Autre fait marquant, l’appel à soutenir Mélenchon diffusé par le compte « Un jour, un hadith », suivi par près de 1 million de jeunes abonnés sur TikTok. De même qu’un message partagé à la chaîne sur WhatsApp et autres réseaux de messagerie, annonçant clairement la couleur : « Si l’on arrive à unir les votes des musulmans, le candidat Mélenchon pourra accéder au second tour où tout peut arriver. » On note également le satisfecit émis par le Collectif contre l’islamophobie en Europe (CCIE) – héritier du CCIF, dissous par le ministre de l’Intérieur en septembre 2021 pour ses liens avec l’islam radical –, qui a annoncé que 81 % de ses adhérents français voteraient pour JLM.

Dans un registre moins ouvertement communautaire, mais tout aussi efficace auprès de l’électorat de banlieue, impossible de passer à côté du soutien officiel de nombreux rappeurs de renom en faveur de Mélenchon : Rohff, Niska, Médine… Krtel City Gang, un jeune groupe de Bobigny, a même donné une bande-son aux derniers jours de campagne de l’Insoumis avec son entêtant freestyle : « Jean-Luc Mélenchon, Jean-Luc Mélenchon, nous, on n’aime pas la police comme Jean-Luc Mélenchon. »

Ces soutiens n’ont pas essaimé que sur le terrain virtuel. Quelques jours avant le premier tour, un cadre insoumis nous confiait : « À la sortie de la mosquée, les gens nous disent tous qu’ils vont voter Mélenchon ! » De nombreux reportages effectués le jour du vote ont confirmé cette impression, comme à l’école La Solidarité, dans le nord de Marseille, où Malek, 21 ans, confie que Mélenchon est « le seul qui [les] a défendus quand Zemmour et Le Pen ont attaqué les musulmans ».

Un article du Parisien donne un aperçu saisissant du 10 avril à la cité des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes : à l’entrée du bureau de vote, une haie d’honneur d’enfants accueille les électeurs aux cris de « Eh ! Monsieur, vous allez voter Mélenchon, hein ! » Plus calmement, Bilal, 23 ans, explique que Mélenchon est « le seul qui parle d’islam, des quartiers… ». Il précise : « Ma mère est voilée, ma femme aussi, j’avoue que c’est un critère important pour moi. »

« L’AMI DES MUSULMANS »
Un facteur évident de cette mobilisation apparaît dans les témoignages : le rôle joué par Éric Zemmour. En polarisant une partie de la campagne sur les thèmes identitaires, tout en adoptant un discours d’une agressivité extrême contre les musulmans, le polémiste a créé chez ces derniers une inquiétude qui s’est reportée sur le candidat perçu comme le meilleur rempart.

Car cette mobilisation est aussi la conséquence d’une stratégie étudiée en amont par les Insoumis. Dans une enquête sur « la tentation Mélenchon chez les musulmans », le site d’information communautaire SaphirNews explique que « Jean-Luc Mélenchon a su soigner durant l’ère Macron son image de «l’ami des musulmans», ce que des électeurs sont aujourd’hui prêts à récompenser ». Le tournant remonte au 18 novembre 2018. La France insoumise, sous la houlette du député de la Seine-Saint-Denis Éric Coquerel, organise à Épinay-sur-Seine ses premières « Rencontres nationales des quartiers populaires », faisant la jonction entre le mouvement mélenchoniste et des acteurs associatifs de banlieue, parfois controversés, comme le militant indigéniste Youcef Brakni ou l’activiste Assa Traoré.

COULEUR DE PEAU
Éric Coquerel en est persuadé, depuis 2017 : « Les 600 000 voix qui ont manqué à Jean-Luc Mélenchon pour gagner la présidentielle sont dans les quartiers populaires. » Mélenchon valide cette analyse à Épinay : « Je n’ai pas peur de le dire : ceux que vous voyez là, dans ces quartiers, c’est la nouvelle France. Celle sur laquelle nous nous appuierons pour tout changer demain. »

Pour séduire cette population, le républicanisme historique de Mélenchon est remisé au placard.
Coquerel va même jusqu’à déclarer qu’il « faut que les candidats du 93 aient la couleur de peau des gens qui vivent dans le 93 ». En interne, les militants laïques sont expurgés, ou réduits au silence. Les signaux se multiplient : en novembre 2019, les Insoumis participent à la marche contre l’islamophobie, programmée par des organisations islamistes. Mélenchon et ses amis s’opposent ensuite frontalement à la loi contre le séparatisme – visant pourtant à lutter contre l’islam radical –, qualifiée par le leader insoumis de « loi de stigmatisation des musulmans ». Et, durant la campagne, chaque discours de JLM comporte un passage consacré spécifiquement à la défense des musulmans contre les attaques dont ils font l’objet.

VOTE DE CLASSE
La dénonciation à sens unique d’un « vote communautaire » n’en reste pas moins caricaturale. Comme tout choix politique, le soutien à Mélenchon parmi les musulmans a été nourri par plusieurs dynamiques, et notamment l’appartenance massive de ces derniers aux classes défavorisées. « Il y a eu un vote de classe, les habitants des quartiers populaires font partie des personnes les plus précaires de France » rappelle Landry Ngang, coréférent insoumis du livret du programme consacré aux banlieues. Ce jeune habitant de la Saint-Denis détaille : « Il faut bien comprendre que les croyants ne se définissent pas uniquement par leur religion. Nous avons tous de multiples appartenances qui nous accompagnent, la religion n’en est qu’une parmi d’autres. Mais cela fait plusieurs années que les musulmans subissent un acharnement politique de l’extrême droite et de leurs suiveurs, donc il n’y a rien d’étonnant à ce qu’ils décident d’accorder leur confiance à l’un des seuls candidats qui n’a pas fait campagne sur leur dos, et qui les a traités avec dignité. » Le militant insoumis fait notamment valoir que les fortes positions de Jean-Luc Mélenchon sur les thèmes économiques et sociaux, répondant aux préoccupations concrètes des habitants des banlieues, expliqueraient tout autant, voire plus, son succès dans ces zones.

Une nuance indispensable à laquelle on objectera, tout de même, que les classes populaires habitant la France périphérique et les zones rurales ont, elles, fait le choix de se tourner massivement vers Marine Le Pen, probablement également en partie pour des raisons identitaires.

En tout cas, la coloration communautaire de la campagne de Jean-Luc Mélenchon, validée par le résultat des urnes, pose une question essentielle à la gauche :

la tentation est désormais nette de se tourner vers une forme de politique identitaire à l’américaine, s’adressant aux citoyens en assumant la mobilisation d’affects ethnico-religieux plutôt qu’en se bornant à l’appartenance de classe.
Être de gauche reviendrait désormais autant à défendre le multiculturalisme qu’à œuvrer pour la justice sociale… au risque de bazarder l’héritage républicain et universaliste légué par l’Histoire.

marianne.fr
Author : AAAAclagazelle  
5/12

Date :    02-05-2022 20:28:50


Soutien de Mélenchon, infirmière, anti-pass : le profil de la femme qui a agressé un pompier le 1er-Mai

La femme de 38 ans qui a agressé un pompier de Paris dimanche apparaît sur plusieurs photos dans des manifestations de gilets jaunes. Sur les réseaux sociaux, elle a diffusé plusieurs publications contre le pass vaccinal.

C'est l'une des images les plus commentées du 1er-Mai à Paris : une manifestante, street-medic, qui frappe tout d'un coup un pompier parce qu'il tente d'éteindre un feu.
Cette femme qui apparait non masquée sur plusieurs clichés de la manifestation a rapidement été authentifiée. Elle a été interpellée dimanche après-midi et placée en garde à vue dans la foulée. Le pompier agressé a porté plainte contre elle. L'identité de la manifestante a été confirmée par une source proche du dossier.

Ses publications sur les réseaux sociaux dessinent le portrait d'une militante proche de la France insoumise et des gilets jaunes, opposée au pass vaccinal.

www.franceinter.fr/justice/soutien-de-melenchon-infirmiere-anti-pass-le-profil-de-la-femme-qui-a-agresse-un-pompier-le-1er-mai
Author : Landin 
6/12

Date :    03-05-2022 05:32:45


Elle a peut etre comme beaucoup voté pour travaillé 5 ans de plus et c'est peut etre ca qui l a mit en colère...
Mais bon de la a s'en prendre a un pompier...
Author : Boudiou 
7/12

Date :    04-05-2022 06:29:46


l’investiture de Taha Bouhafs

Condamné pour avoir insulté « d’Arabe de service » une policière, le journaliste et militant devrait être candidat pour la France Insoumise aux législatives, a contrario de la ligne prônée par Jean-Luc Mélenchon. Le leader Insoumis avait déclaré souhaiter rendre inéligibles les citoyens sous le coup d'une condamnation de justice.

_____________________________________________________

Quand on pense aux foins que nos islamo-gauchistes on fait en voulant rendre inéligible zemmour pour une sombre condamnation pour provocation , encore une fois c"est le monde a l"envers ..
Author : ARTYA 
8/12

Date :    06-05-2022 09:17:36


Quand on pense à ce que Mélenchon a mis sur la figure du Ps, alors que maintenant ils font semblant d'être copain comme cochon, cela peut effectivement dégoûter de la morale politique !!
Le PS, se vend aux radicaux et c'est à
Merci aux quelques "insoumis" socialistes qui résistent à Mélenchon.
Au moins, peut-être que ces quelques résistants pourront agir contre ces radicaux et l'hégémonie Mélenchonienne

◄◄     12    ►►



Return to the forum index

« Find others
Check out the forum