« Autres villes

         
Le site des sorties entre amis et rencontres amicales dans ta ville.
Nos Bons Plans »
Vacances inter OVS »
Forums > Débats
Autres forums sur des centres d'intérêt précis :
Grâce à ton aide, le site restera sympathique comme tu l'aimes !

Quel problème veux-tu soumettre à la communauté ?






◄◄585960616263     ►►

Des infos brèves sans commentaires.
Auteur : Willy31bis 
497/500

Date :    13-08-2017 15:07:17


et tu trouves qu'en être là n'est pas honteux??? non mas tu te moques de qui là??!! faire maintenant des formes féminines c'est fatalement les stéréotyper??? non mais j'hallucine!

la loi ferait mieux de s'indigner quand la condition de la femme et son image est dégradée, sans que la loi ne dise rien, pire même elle l'approuve parfois au nom d'une religion obscurantiste!!

si tout le travail des féministes et de nier les formes féminines alors Simone Veil doit se retourner dans sa tombe!!!
Auteur : AAAAclagazelle  
498/500

Date :    16-08-2017 18:10:31


La gabegie de l'État actionnaire

La nationalisation précipitée des chantiers navals de Saint-Nazaire pose le problème de l'intervention erratique de l'État dans le secteur privé.

Pour « sauver » l'usine Alstom de Belfort et ses 480 emplois, l'État et la SNCF ont décidé fin 2016 de dépenser 770 millions d'euros, dont 400 millions pour la seule fabrication de rames TGV inutiles. À la fin de ces opérations plus politiciennes qu'industrielles, chaque emploi « sauvé » reviendra ainsi à 1,9 million d'euros, soit 107 années de smic. Comment appeler cela ? Une erreur d'aiguillage économique ? Un abus de pouvoir ? Une inconséquence de nos dirigeants ? Une nouvelle manifestation de démagogie électorale ?

Ce qui est sûr, en revanche, c'est que l'État français est encore passé pour un rigolo irresponsable auprès des dirigeants de toutes les plus grandes entreprises européennes. Si l'on ajoute à cela le lourd héritage de la mauvaise gestion par la France de ses participations dans l'économie privée, comment donner envie à la société italienne Fincantieri, qui détient 40 % du marché mondial des navires de croisière, de s'associer avec Bercy à 50/50 pour diriger les chantiers navals de Saint-Nazaire ? Voilà une nationalisation « temporaire » qui commence mal !

Mauvaise gestion

Sans remonter à l'énorme scandale du Crédit lyonnais, dont la gestion par un inspecteur des finances, ancien directeur du Trésor, Jean-Yves Haberer, s'était terminée par un désastre de 31 milliards d'euros, qu'il nous suffise de rappeler quelques-unes de nos actuelles bombes à retardement. Areva, d'abord, dont la gestion catastrophique de la célèbre Anne Lauvergeon, ancienne « sherpa » de Mitterrand, va sans doute coûter aux Français plus de 10 milliards, dont la moitié à mettre au pot d'urgence. La SNCF, ensuite, qui supporte des dettes de 45 milliards, lesquelles, sur leur lancée, devraient augmenter de 50 % au cours des dix prochaines années, selon la ministre des Transports elle-même, Élisabeth Borne. EDF, enfin, et l'incroyable laisser-aller de Bercy qui lui a ponctionné 20 milliards d'euros de dividendes abusifs entre 2005 et 2015, financés par un autre endettement colossal d'un total de 37 milliards en 2016.

LIRE aussi Haro sur l'État actionnaire !

Les experts sont vraiment unanimes : « Alternant une logique de sauvetage des canards boiteux et de pressage abusif du citron, la gestion du secteur public est erratique » (Jean-Marc Daniel). « L'État n'est pas un meilleur décideur que les autres, il n'y a aucune raison qu'il le soit, et il y a même toutes les raisons pour qu'il ne le soit pas. […] Il n'y a pas d'actionnaire plus maladroit, plus tyrannique et plus contradictoire que lui. La description de ses ratages remplirait un volume » (Olivier Babeau). « Il serait temps que l'État arrête de jouer au Monopoly avec l'argent des contribuables » (David Barroux).

Et encore : « L'État est un actionnaire médiocre. Il perd de l'argent avec son portefeuille boursier, qui s'est déprécié de 30 % en six ans alors que l'indice CAC 40 a progressé d'autant sur la même période » (Jean-Marc Vittori). « Si l'État était si stratège, pourquoi n'avons-nous pas su développer des entreprises comme Google, Apple, Facebook, Baidu ou Xiaomi ? Le résultat de cette incurie doublée d'arrogance, c'est que les standards mondiaux technologiques et industriels qui façonneront le XXIe siècle seront négociés entre la Silicon Valley et Pékin » (Nicolas Bouzou).

Addiction à la dette

Ajoutons à tous ces compliments que, selon une étude récente du think tank iFRAP, la dette cumulée des entreprises du périmètre de l'APE, l'Agence des participations de l'État, a augmenté de 40 % entre 2010 et 2015 et atteint aujourd'hui le montant gigantesque de 136 milliards d'euros, et rappelons que notre État si impécunieux a accordé à ces entreprises, chaque année depuis 2012, une moyenne de 10 milliards d'euros de dotations, financées bien entendu par de la dette.

En vérité, ainsi que l'a souligné dernièrement David Azéma, ce haut fonctionnaire qui a également occupé des postes importants dans le privé et qui connaît l'APE de l'intérieur pour l'avoir dirigée de 2012 à 2014, il y a « incompatibilité ontologique » entre « État » et « actionnaire ». « Tels l'eau et l'huile, les principes et les règles [de l'action publique et du secteur privé] ne peuvent se mêler qu'au prix d'efforts constants, sauf à revenir très vite à leur incompatibilité initiale », a-t-il écrit dans une note très remarquée, rédigée pour l'Institut Montaigne sur le thème de « l'impossible État actionnaire ».

Alors directeur général de l'APE, il avait fait part en 2014 à la commission des Finances de l'Assemblée nationale du manque d'expérience du monde de l'entreprise de son équipe, « constituée de diplômés de l'X et de l'ENA qui, souvent, occupent à l'APE leur premier ou leur deuxième poste ». Un grand patron français cité par Olivier Babeau dans son essai L'Horreur politique (Les Belles Lettres) avait commenté ainsi cette intervention : « Beaucoup sont des fonctionnaires qui n'ont jamais occupé de poste opérationnel dans l'industrie. Du coup, ils n'ont ni vision industrielle ni technologique. […] L'APE reste dans la logique du Trésor et représente in fine une pensée unique et monocolore de l'État. »

David Azéma recommandait dans sa note à l'Institut Montaigne « un programme rapide et massif de cessions », après avoir effectué un tri entre des entreprises comme EDF et la SNCF qui ne peuvent pas vivre sans l'État et les nombreuses entreprises de droit privé dans lesquelles il est présent et qu'il empêche de vivre normalement. L'économiste Nicolas Bouzou, d'accord avec lui, suggère de « délester l'État d'entreprises qui vivront mieux sans lui, comme Renault, PSA, Eramet, CNP Assurances et Air France […], ce qui lui épargnerait des soucis de gestion que, par sa nature même, il est incapable d'éviter ».

Quant aux représentants de l'État, toujours en retard d'une guerre, d'un train ou d'une réforme, ils ont fait savoir ces jours-ci via le ministère de l'Économie qu'il était question de céder bientôt pour 10 milliards d'euros de « participations minoritaires dans des entreprises du secteur concurrentiel » afin d'alimenter « un fonds consacré à l'innovation », c'est-à-dire consacré à des dépenses supplémentaires… et c'est à peu près tout ! De notre côté, nous laisserons le soin de conclure cet article au brillant essayiste et professeur d'économie à l'ESCP Europe, Jean-Marc Daniel : « Le plus sûr moyen de préserver l'avenir des chantiers de Saint-Nazaire, de Renault ou d'Alstom et de leur donner un actionnariat solide est que l'État s'en retire une bonne fois pour toutes. »

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/nouailhac-la-gabegie-de-l-etat-actionnaire-16-08-2017-2150258_2428.php
Auteur : Willy31bis 
499/500

Date :    18-08-2017 19:41:53


youtu.be/LDKH0xKKxUU



Cool non?
Auteur : Willy31bis 
500/500

Date :    18-08-2017 20:01:11


Trump évoque le général Pershing, l’homme qui a mis fin au jihadisme pendant 35 ans



Trump fait allusion au général Pershing durant la guerre américano-philippine (1899-1902). Selon ce qui s’apparente plus à une légende qu’à des faits historiques, Pershing aurait exécuté 49 terroristes philippins à l’aide de balles trempées dans du sang de porc, les aurait enterrés parmi les porcs, puis aurait dit au 50ème : «Retourne parmi les tiens et raconte-leur ce qui s’est passé». Trump a tweeté : «Après cela, il n’y a plus eu de terrorisme islamique radical pendant 35 ans !»

Il s’agit là d’une histoire, à la véracité contestée, que Trump, alors candidat à la présidence, avait déjà utilisée pendant sa campagne.

La peur du cochon !



Cependant, d’autres spécialistes cette fois de l’anti-terrorisme ont évoqué cette hypothèse, durant leur interrogatoire, devant des terroristes capturés. Selon eux, une certaine panique s’est emparée des détenus à l’évocation d’une inhumation au contact de porcs.

En Irak, un lieutenant, chargé d’interroger des terroristes ayant survécu à leur propre attaque contre des objectifs américains a raconté que c’était le seul argument qui les faisait réagir. Au cours d’une émission sur le sujet diffusé par la chaine américaine CNBC en 2013, le lieutenant témoigne à couvert. « Pour obtenir des renseignements, nous évoquions de nombreuses représailles. Sur leurs villages, leurs proches et eux-mêmes. Rien n’y faisait. Ces sales types étaient prêts à mourir et n’étaient pas impressionnables. Ils étaient comme drogués. C’est seulement lorsque nous les avons menacés de les enterrer avec des porcs, qu’ils réagissaient. Ils pensaient que leurs âmes ou je ne sais quoi, ne pourraient plus parvenir dans ces conditions au paradis d’Allah ».

Un témoignage qui ne fait certes pas une démonstration. Mais même si l’idée à priori farfelue évoquée par Donald Trump était étudiée de plus près, on voit mal cette méthode être appliquée officiellement pour contrer le fléau du terrorisme djihadiste, qui frappe la planète entière.



www.europe-israel.org/2017/08/trump-evoque-le-general-pershing-lhomme-qui-a-mis-fin-au-jihadisme-pendant-35-ans/



Pas idiot! Pourquoi pas?

◄◄585960616263     ►►



Retour à l'index du Forum
Pros : créez & placez votre publicité ici »

« Voir les autres

Viens discuter sur le forum


0.0539s